Ma vie de jeune artiste, My life as a young artist

"Furthermore, isn’t the de-feminization of women an act of surrender par excellence to patriarchy’s blackmail and its shallow, condescending view of the female entity as ‘weak’ and powerless?” (Joumana Haddad, “I killed Sheherazade”)

 

It took us some time to get used to the selfie but now we can’t get rid of it anymore. I think that at first it was considered as a narcissistic act. And it wasn’t considered as a good thing to love oneself. I find it strange. Why should we constantly find inspiration in others?

Over the years, selfie has become a great weapon. Recently, a Dutch girl decided to take selfies with her street aggressors. (https://www.grazia.fr/news-et-societe/news/harcelement-de-rue-elle-prend-des-selfies-with-the-aggressors-869889). So it’s also an awesome tool that makes it possible to inform the world about your reality. We all are sort of journalists. We reinvent ourselves through different characters to escape our hard life. How can we live as women in a society that belongs to men? We impose a certain image of ourselves by taking a selfie. Nowadays there’s this trend on Instagram : we impose ourselves as women by exhibiting our feminine bodies. It’s the new feminism. 

“Elizabeth walks towards the exit of the subway and walks up the stairs. A man who is walking beside her, whispers in her ear: "You’re so hot!” At that moment, her little hands feel tight, her jaw too, she wants to kill him. Her heart beats fast, she walks faster. Few tears of anger are dropping on her tired skin. She would have shredded him the same way as Mary did with those poor fishes! If she weren’t afraid of going to jail, she would have stabbed him with a knife. She’s now in the middle of the road. "Get out of here!” shouts a car driver.” 

 

« En outre, la déféminisation des femmes n’est-elle pas la reddition suprême au chantage mené par les hommes et à leur vision creuse de l’entité femelle comme un ensemble de cuisses, de seins, de fesses et de lèvres, entre autres ? ( Joumana Haddad, « J’ait tué Shéhérazade, Confessions d’une femme arable en colère » ).

 

Le selfie on a eu du mal à s’y habituer mais maintenant on ne peut plus s’en débarrasser. Je pense qu’au départ, c’était considéré comme un acte narcissique. Et il y a quelques années, ce n’était pas très bien vu de s’aimer. Je trouve ça d’ailleurs étrange. Pourquoi devrions nous sans cesse trouver de l’inspiration chez les autres ?

Mais voilà, au fils des années le selfie est devenu une arme redoutable. Récemment, une jeune fille Néerlandaise a décidé de se prendre en selfie avec ses agresseurs de rue. (https://www.grazia.fr/news-et-societe/news/harcelement-de-rue-elle-prend-des-selfies-avec-ses-agresseurs-869889 ).

Finalement, c’est aussi un outil de dénonciation qui permet de reporter des faits. On devient toutes quelques parts des journalistes. On se dédouble et se réinvente à travers différents personnages pour fuir notre mal être. Comment vivre en tant que femmes dans une société qui appartient aux hommes ? Avec nos selfies, on se confronte au spectateur en imposant une certaine image de nous-même. Sur Instagram il y a une tendance à exhiber ses formes féminines, à s’imposer en tant que femmes. 

 

"Arrivée à la sortie du métro, Elizabeth se dirige vers l’escalier. Un homme, tout en passant à côté d’elle, lui chuchote à l’oreille : « Comme t’es bonne ! » A ce moment-là, ses petites mains se crispent, sa mâchoire aussi, elle a envie de le buter. Son coeur bat vite, ses pas s’accélèrent, quelques larmes de colères dégoulinent sur sa peau fatiguée. Elle l’aurait bien déchiqueté comme Mary l’avait fait avec ces pauvres poissons ! Si elle ne craignait pas la prison, c’est à coup de couteau qu’elle lui aurait fait sa fête à ce dégueulasse. « Bouges de là ! », gueule un chauffard."

 


Related articles

Believe

Ma vie de jeune artiste, My life as a young artist

My muse

Ma vie de jeune artiste, My life as a young artist

Last articles

Categories